CRÉATION SONORE

& PODCAST

Porter un regard, raconter une histoire.

LIVRE AUDIO POUR FLAMMARION

Bernard Thomasson, journaliste et écrivain, me contacte à l'hiver 2015 en me présentant son projet : FLAMMARION veut réaliser la version audio de son dernier roman "42 km195".


Thomasson est coureur de marathon. Kilomètre après kilomètre, chapitre après chapitre, l'ouvrage raconte son cheminement intellectuel pendant l'effort, qui le mènera au bout de la course.


J'accepte la mission et encadre la réalisation de ce qui représentera en tout plus de 5 heures de bande-son.
Il m'a fallu être, pendant l'enregistrement, très attentif aux erreurs et reprises de Thomasson,
pourtant très bon narrateur.
Tenir un script en temps réel était la seule façon de ne pas laisser passer une seule erreur, pour ensuite faciliter le montage.


Il fallu ensuite trouver des idées de sound-design qui allaient ponctuer chaque chapitre pour redonner de la respiration, du rythme et de l'élan à ces 5 heures de programmes.


Ces "virgules sonores" essentielles se devaient cependant d'être assez fines et discrètes pour ne pas prendre le pas sur la narration, car historiquement, le genre du livre audio se fait à "nu".

 

FÉTICHE / MAD

Les auteurs de radio Marie Laurence-Chérie et Raphaël Gribe-Marquis propose une série de podcast au média de mode MAD.

Des personnalités interviewées sur leur rapport à la mode, aux vêtements...

Ils me chargent d'en écrire l'identité sonore originale, et de réaliser l'épisode pilote.

Dans ce genre de format  il est primordial de marquer les esprits dès la première seconde, et de s'assurer que l'identité apparaisse de façon claire et identifiée.

Le Podcast s'ouvre sur un ronronnement typé "boîte de nuit" qui sert de lit à une présentation "coquette" de l'invité : ses habilles du jour.

Une rupture presque dérangeante, et le climat musical devient soudainement plus doux ;

l'oreille est alors prête à accueillir le chapeau (= la présentation de l'émission).

Le climat est posé et l'émission est lancée.

L'épisode complet est à retrouver ici.

POP & CO / FRANCE INTER

Eté 2014, l'animatrice de FRANCE INTER Rebecca Manzoni a un projet de chronique. Elle veut retracer, en format radiophonique court, le destin des tubes de la musique populaire.

Elle me contacte, et nous nous mettons à écrire l'épisode "0".
Son intention est de s’inscrire dans un langage radio revisité.

Emprunter les formes classiques de narration "Radio France", mais avec ce qu'il faut de modernité pour épouser le registre "Pop Music".


Voix-off, effets sur voix, chorales de plusieurs "Manzoni" qui chantent, bruitages immersifs, montage d'extraits musicaux.

Une fois n'est pas coutume, nous réalisons ce pilote "hors-des-murs" de Radio France, dans mon studio.


Je vous propose d'écouter cet épisode "Bêta" qui a été présenté à la direction de France Inter quelques jours à peine après être "sorti du four".


POP & CO est depuis diffusé du Lundi au Vendredi sur FRANCE INTER à 7h23.

 

LE CIRQUE  / MUSÉE FERNAND LÉGER

En Juin 2019 s'ouvrait à Argentan, en Normandie, le Musée Fernand Léger-André Marre.
La ville natale de ces deux peintres à confié à l'agence Fleur de Papier la réalisation de plusieurs modules audiovisuels, dont certains radiophoniques que j'ai eu le plaisir de réaliser en collaboration avec la créatrice sonore Maëlys Des Carmes.

Les visiteurs décrochent des "Cornets Sonores"disposés aux quatre coins du musée, et démarre alors, au creux de leur oreille, des petits contes radiophoniques où Fernand Léger s'adresse directement au visiteur et lui contant un épisode marquant de son histoire.

Voici une des six créations, dans la voix de Philippe Louvat, à découvrir au Musée Léger-Mare d'Argentan.

Un film d'animation a également été réalisé en peinture animée pour ce même musée, et dont j'assurais la bande-originale (direction & enregistrement des comédiens, bruitage et musique originale), à retrouver ici.

 

BOXSONS

Pendant mes années FRANCE INTER, j'étais souvent au contact de la journaliste Pascale Clark qui m'invitait à travailler sur toutes ses émissions spéciales.

Je me souviens entre autres de quelques épopées de radio nocturne autour de Philippe Djian ou de Vincent Lindon / des nuits blanches radiophoniques, de minuit à cinq heures du matin.


Après avoir quitté FRANCE INTER, Clark eu rapidement l'idée de monter son propre média : la librairie de podcasts BOXSONS.
Membre de l'équipe originelle, j'ai conseillé Pascale Clark sur les solutions techniques à adopter pour que ses productions soient compatibles avec les principales plateformes de diffusion.
Une fois ces protocoles mis en place, je me suis consacré à la tâche "radiophonique".


Réalisations d'émissions,  enregistrements, montages, mixages, compositions de musiques d'habillage et de génériques.


Je vous invite à écouter deux exemples de productions BOXSONS :

  • un montage d'archives autour de la chanteuse Barbara, à l'occasion des vingt ans de sa mort

  • un billet d'humeur de Pascale Clark, réalisé en plein cœur de la présidentielle 2017

 

LIVRE AUDIO POUR FLAMMARION

Bernard Thomasson, journaliste et écrivain, me contacte à l'hiver 2015 en me présentant son projet : FLAMMARION veut réaliser la version audio de son dernier roman "42 km195".


Thomasson est coureur de marathon. Kilomètre après kilomètre, chapitre après chapitre, l'ouvrage raconte son cheminement intellectuel pendant l'effort, qui le mènera au bout de la course.


J'accepte la mission et encadre la réalisation de ce qui représentera en tout plus de 5 heures de bande-son.
Il m'a fallu être, pendant l'enregistrement, très attentif aux erreurs et reprises de Thomasson,
pourtant très bon narrateur.
Tenir un script en temps réel était la seule façon de ne pas laisser passer une seule erreur, pour ensuite faciliter le montage.


Il fallu ensuite trouver des idées de sound-design qui allaient ponctuer chaque chapitre pour redonner de la respiration, du rythme et de l'élan à ces 5 heures de programmes.


Ces "virgules sonores" essentielles se devaient cependant d'être assez fines et discrètes pour ne pas prendre le pas sur la narration, car historiquement, le genre du livre audio se fait à "nu".

 

LIVRE AUDIO POUR FLAMMARION

Bernard Thomasson, journaliste et écrivain, me contacte à l'hiver 2015 en me présentant son projet : FLAMMARION veut réaliser la version audio de son dernier roman "42 km195".


Thomasson est coureur de marathon. Kilomètre après kilomètre, chapitre après chapitre, l'ouvrage raconte son cheminement intellectuel pendant l'effort, qui le mènera au bout de la course.


J'accepte la mission et encadre la réalisation de ce qui représentera en tout plus de 5 heures de bande-son.
Il m'a fallu être, pendant l'enregistrement, très attentif aux erreurs et reprises de Thomasson,
pourtant très bon narrateur.
Tenir un script en temps réel était la seule façon de ne pas laisser passer une seule erreur, pour ensuite faciliter le montage.


Il fallu ensuite trouver des idées de sound-design qui allaient ponctuer chaque chapitre pour redonner de la respiration, du rythme et de l'élan à ces 5 heures de programmes.


Ces "virgules sonores" essentielles se devaient cependant d'être assez fines et discrètes pour ne pas prendre le pas sur la narration, car historiquement, le genre du livre audio se fait à "nu".

C'EST LA VIE / MARGAUX DUQUESNE

La journaliste indépendante (ex-Radio France) Margaux Duquesne me confie la réalisation de son Podcast.

La création de l'identité de ce programme passe avant tout par la composition d'un générique original :

Une mosaïque de voix, une rythmique douce et organique, accord jazzy au Fender Rhodes, et guitares funky.

Ce générique a été composé avec des espaces réservés à la paroles, intégrés à la musique :
L'ambiance s'installe, Margaux annonce le titre de l'émission avant que l'orchestration ne s'emballe et que les voix n'apparaissent et chantent. Puis l'orchestration se suspend un temps, marquant une fin supposée pour repartir doucement en laissant place à la présentation de l'émission. Le générique se conclut sous voix, et l'émission peut démarrer.

Une mécanique très "radiophonique" qui a pour vertu de démontrer instantanément que la musique est originale et qu'elle a été composée sûr-mesure.
De quoi marquer l'identité du programme, et son originalité.

 

(Un petit clin d’œil à Juliette, 8 ans, star de cette mozaïque de voix !-)


La série de podcast de Margaux Duquesne est à retrouver ici.

 
 

LE THÉÂTRE

Mes premières expériences de créateur sonore et de compositeur se sont faites au contact du Théâtre.

J'ai réalisé depuis 2007 plus de 15 bandes-son à destination de pièces jouées dans la France entière et à l'étranger.

L'exercice de la création sonore pour le Théâtre est particulier, car il sous-entend de bien doser la présence et la puissance de la bande-son, pour surtout ne jamais prendre acoustiquement le dessus sur les acteurs qui sont "à voix nue" (au-delà évidemment de son volume de diffusion).


Un pièce de théâtre c'est aussi un format long.

Le son peut aller et venir, disparaître un temps puis réapparaître de façon soudaine, ou au contraire de façon imperceptible.
À ce titre il m'est arrivé par exemple de faire apparaître un accord de musique avec un long fondu d'entrée qui s'étendait sur plus de 5 minutes, le spectateur ne se rendant compte de rien.

Je vous propose d'écouter un extrait de la bande son de "Déracinés", pièce mise en scène par Laurent Prat, et créée aux Estivales de Perpignan en 2009.


Dans cette pièce, le son était diffusé alors que la salle venait d'être plongée dans le noir.
Nous étions alors presque dans un registre radiophonique – libre champ à la bande-son et l'ouïe comme seul sens.

La pièce traitait de la question douloureuse de l'exil et du déracinement.
Sur scène les personnages témoignaient de leurs souffrances, et le "volume" de jeu était relativement puissant.
Une fois la salle plongée dans le noir, on entendait ces mêmes personnages dans les haut-parleurs.
Par contraste, les voix empruntaient alors un registre beaucoup plus doux et apaisé, portant ainsi un regard plus serein sur leur histoire.

Les extraits commençaient tous avec le son de ce projecteur qui se met en action.

Comme un symbole du passé qu'on s'apprête à revisiter.


Les spectateurs avaient la possibilité de repartir du théâtre avec un disque qui reprenait toute la bande-son, pour qu'ils puissent se replonger, à loisir, "dans le noir".

DAVID FEDERMANN

0615815369

© 2019 / DF